Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:30







Repost 0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 10:26







Repost 0
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 09:20


Le talentueux réalisateur Sam Raimi (Evil Dead, Darkman ou Spiderman) a signé pour réaliser un premier film traitant de Warcraft, univers heroic fantasy issu du jeu vidéo.
World of Warcraft que je qualifierais de VMMO (very massively multiplayer online puisque 13 millions de joueurs nés à travers le monde) a été créé par les développeurs de Blizzard Entertainment et est sorti le 11 février 2005 en Europe.

Deux camps s'affrontent, l'Alliance représentée par les humains, les elfes de la nuit, les nains, les gnomes et les draeneis et la Horde pour laquelle coopérent les orcs, les trolls, les taurens, les morts vivants et les elfes de sang.

Le joueur fait évoluer son personnage dans un monde absolument gigantesque défini par deux mondes parallèles (Azeroth et Outland), en remplissant des quêtes qui lui rapportent de l'or ou de l'équipement, en s'unissant avec d'autres pour s'aventurer dans des instances et en développant des compétences (métiers, pouvoirs, aptitudes au combat,...).

Le jeu est très vite devenu une référence du genre.
Ainsi, il n'est pas étonnant que le projet de film se concrétise.
Cependant, même si ce choix de réalisateur est un gage de réussite, il est à souhaiter que le scénario du film saura exploiter la richesse du background de Warcraft.
L'autre interrogation concerne le casting - si on pouvait éviter Miley Cyrus ou Zac Efron, ce serait encourageant - Bruce Campbell sera-t-il de la partie et si oui, dans la peau d'Arthas ?

Quelques éléments de réponses peut être à l'occasion du BlizzCon, salon où sont dévoilés notamment les nouveaux projets de Blizzard, qui se déroulera les 21 et 22 août prochain à Anaheim, CA.
 


Repost 0
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 04:20





Repost 0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 02:00

Max Payne est, à la base, un jeu vidéo sorti en 2001 sur PC.

Ce jeu de tir à la troisième personne a été un très grand succès, en premier lieu grâce à l'introduction dans un jeu d'action du célèbre Bullet Time de Matrix.
Ce procédé permet à Max de dézinguer tout ce qui bouge en ralentissant le temps et  lui confère une plus grande maîtrise des évènements et une meilleure précision de tir.
Les fusillades deviennent alors de véritables concerts d'effets spéciaux où les cartouches giclent des flingues et les victimes sont propulsées dans le décor sous les gerbes de feu des coups.

Un tel déluge d'action couplé à une histoire sombre ne pouvait laisser indifférent Hollywood et c'est donc sans surprise que Max Payne a pris vie sur grand écran. Enfin, a pris vie...
Car, ce bon vieux Max a confondu Guronsan avec Lexomil et, du coup, la comparaison avec le jeu fait très mal au film.

Alors que le Bullet Time est une technique issue du cinéma, sa représentation dans le film fait peine à voir.
Le meilleur exemple, et de mémoire le seul (un comble !), est la scène où Max Payne se cambre en arrière et dégomme au fusil à pompe un type perché plus haut avec son Uzi. Long et risible.

Par ailleurs, certains effets spéciaux ont l'air photoshopé et sont indignes de figurer dans un long métrage aussi couteux.


Alors pour les fans du jeu, Max Payne le Film déçoit énormément même si l'ambiance est fidèle à celle, si spéciale, de son aîné: New York sous la neige, Max dans le métro (scène décevante), Max dans la boîte de nuit gothique...

Et en plus, Mark Wahlberg, dans la peau de Max Payne et que j'apprécie beaucoup, ne donne aucune crédibilité au flic dépressif.
Son visage trop poupon (à l'instar de Timothy Olyphant dans la peau du tueur à gages Hitman) et un jeu globalement moyen ne l'avantage pas ici.

Bref, Max Payne est une belle déception à la hauteur de ses score médiocres au box office et donne un arrière-goût de gâchis, cet univers méritant beaucoup mieux.

La dernière scène, juste après le générique de fin, laisse augurer d'une suite et fait penser que les producteurs ont surestimé leur bébé et ont crû trop vite qu'une licence vidéoludique aussi culte allait forcément accoucher d'une adaptation à succès. Manqué.

Mais je resterai indulgent sur la note que je lui attribue, d'une part parce que le film m'a donné envie de rejouer aux deux premiers opus et d'autre part parce qu'un troisième épisode, signé cette fois Rockstar, doit sortir en fin d'année.






Repost 0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 05:10
 







Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 04:40


Après Casino Royale, Daniel Craig se devait de confirmer tout le bien que l'on pensait de lui après sa première prestation dans le costume du célèbre agent britannique, James Bond. Cependant, au-delà de la performance de l'acteur, c'était avec une petit appréhension que j'attendais ce second film "post-Brosnan".
Heureusement, mes craintes ont été rapidement estompées, Quantum of Solace se révélant une assez bonne surprise.

Certes, on peut regretter que les scènes d'action très nombreuses et particulièrement violentes, l'absence de gadgets, la quasi abstinence sexuelle de Bond et son manque d'humour (signes d'une vengeance imperméable) cassent quelque peu l'image classieuse de l'agent secret britannique.





Mais les premières minutes et une course-poursuite en voiture dans les montagnes italiennes, suivie d'une autre, à pieds cette fois, dans les étroites rues de Sienne donnent le ton: le vengeur Bond en a sous la chaussure et est plus en forme que jamais, malgré ses presque 50 ans d'existence cinématographique. Tout le long du film, l'agent secret nous en met plein la vue et fait le malin en étalant ses compétences de pilote, que ce soit sur terre, sur l'eau ou dans les airs.


Mais réduire ce Quantum of Solace uniquement à ses scènes d'action impressionnantes serait trop réducteur.

L'histoire qui se déroule une heure après Casino Royale est assez sympa bien que peu claire sur certains points.
Les scénaristes n'ont pas hésité à faire quelques clins d'oeil au cultissime Goldfinger avec Sean Connery: la partie de poker a laissé place à un spectacle d'opéra, la peinture dorée à du pétrole et l'homme de main japonais au chapeau melon meurtrier à un bras droit à la moumoute frangée mais inoffensive.

Mathieu Amalric, qui s'est inspiré de Blair et Sarkozy pour son rôle, joue le Grand Méchant, un pseudo philanthrope écolo.

La James Bond Girl est encore une française, la charmante Olga Kurylenko que je trouve, cependant, un peu fade et moins charismatique qu'une Honor Blackman (Pussy Gallore) par exemple. En plus, le blaireau ne conclue pas, han...

Autres bémols: pas de Q ou de Moneypenny et M est toujours une femme à l'instinct maternel, qui se tartine de crème de nuit avant d'aller faire ses mots croisés dans son lit.
A quand le tricot sur la terrasse avant de mater Question pour un champion ?


Enfin, le film est tout de même un peu court (1h47) pour un Bond.. sans Pierce Brosnan.
Quoi qu'il en soit, Quantum of Solace est un bon film de la franchise où l'action soutenue donne l'impression de ne pas voir le temps passé. Espèrons juste que 007 retrouve très vite gadgets, humour et libido qui ont fait sa réputation..







Repost 0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 08:30



Merci


                            




Repost 0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 00:50



The Last House on the Left est le remake du film homonyme de Wes Craven sorti en 1972 et que je n'ai pas vu (d'ailleurs je n'étais même pas né). Donc j'éviterai de faire la comparaison entre les deux versions.
Et j'éviterai également de faire un copier-coller du résumé du film made in Allo Ciné, celui-ci étant totalement erroné.

Les Collingwood ont une petite maison dans la forêt près d'un lac.
Sitôt arrivée dans la demeure isolée, leur fille Mari décide de rejoindre sa copine Paige.
Une malheureuse rencontre avec un jeune homme, fils d'un meurtrier évadé, va les entraîner dans un calvaire sans nom. Mari, grièvement blessée, réussira à s'échapper et à rejoindre péniblement la maison familiale où ses tortionnaires ont trouvé refuge et l'hospitalité de John et Emma Collingwood, ses parents.
Jusqu'au moment où ces derniers vont se rendre compte des violences que ces jeunes gens -qu'ils ont soignés et restaurés- ont faites à leur fille... La vengeance va être terrible.

A l'instar du remake d'Alexandre Aja de la Colline à des Yeux du même Craven, the Last House on the Left est un film à l'efficacité redoutable qui prouve une nouvelle fois que le réalisme d'une scène épouvantable donne bien plus de montées d'adrénaline qu'une énième poursuite de bimbo en short déchiré par une horde de zombies affamés.
Preuves en sont ces scènes d'une brutalité soutenue où la violence atteint son paroxysme par un viol très dur à regarder.
Le manque de compassion de la part du réalisateur, Dennis Iliadis, à l'égard des jeunes victimes témoigne de la cruauté des criminels et entraîne le spectateur à se questionner: faut-il se faire justice soi-même ?
Car, nos ravisseurs vont être confrontés à la vengeance de parents prêts à tout pour leur fille (l'histoire dit qu'ils ont perdu un fils ce qui, bien entendu, tend à renforcer les liens qui les unissent à leur désormais unique progéniture).

Au delà de la morale que certains pourraient trouver discutable, the Last House on the Left est une secousse qui ne laisse pas le spectateur sortir indemne comme un film popcorn. On ne regarde pas ce film pour se détendre l'esprit.
La cruauté des actes et la froideur avec laquelle ils sont exécutés remue les tripes (la première scène est limite soutenable) mais finalement n'est-ce pas tout ce qu'on demande à ce genre de film ?

L'interprétation est d'excellente facture, le méchant est très méchant et le gentil peut le devenir, question de survie.

Au même titre que le film d'Aja, ce remake est une franche réussite qui donne envie de voir l'original et aussi de rester bien tranquille dans sa grosse mégalopole... Et vous, jusqu'où iriez vous pour venger l'un de vos proches ?





Repost 0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 02:41



http://www.wikio.fr
Wikio - Top des blogs

Repost 0

Présentation

  • : spazmatazz.blogs.allocine.fr
  • Contact

Recherche

Liens